Linda

Je travaille la nuit à Genève. C’est très difficile parce que la nuit il y a de la violence et certains clients se font voler leur argent.Je trouve qu’il n’y a pas assez de rondes de police la nuit aux Pâquis. Heuresement, l’ambiance entre nous, travailleuses du sexe, est bonne. J’ai le projet de mettre de l’argent de côté pour payer la scolarité de mes enfants, et si possible, ouvrir un salon de coiffure chez moi en Espagne. Mais ce n’est pas facile car je dois d’abord travailler proncipalement pour payer mon logement ici à Genève. Je conseille à celles qui débutent dans ce travail d’avoir un projet de vie afin d’économiser assez tôt pour préparer leur avenir.

couverture Albertine