Parce qu’à deux, c’est toujours mieux

Texte Eugène